FORMA Y COACHING

INFLUENCE DE LA PRÉPARATION MENTALE ET DE L’OSTHÉOPATHIE SUR L’ANXIÉTÉ DE LA DANSEUSE AVANT UNE PERFORMANCE SCENIQUE :

J’ai rencontré Bayène Foufa Ostéopathe et Danseuse orientale suite á la préparation de son mémoire pour l’obtention de son diplôme de Diplôme Universitaire en Préparation Physique et Réathlétisation (DU PPREA).

 OSTHEOPATHE : Bayène FOUFA 13, rue Saint-Nicolas – 91100 Corbeil-Essonnes  RDV : 06.76.55.02.09

L’objectif de ce mémoire : Evaluer l’efficacité de l’ostéopathie et le coaching par la danse sur 2 critères : l’anxiété, l’estime de soi.

Matériel et méthodes

1.1.              Population source

Pour réaliser cette expérimentation, nous prendrons un groupe de 12 danseuses recrutées au sein de l’association de danses du monde «  123 Soleil ». La population a été divisée en deux échantillons : un groupe témoin (6 danseuses) et un groupe traité (6 danseuses en cross-over). Seules les danseuses répondant aux critères d’éligibilité seront acceptées au cours de cette étude.

1.2.              Critères d’éligibilité

1.2.1.     Critères d’inclusion

–        Les danseuses amateurs et professionnelles âgées de 18 à 47 ans ;

–        Les danseuses anxieuses ou non (test de départ);

–        Les danseuses du groupe « Dancehall » se représentant sur la même scène le jour J ;

–        Les danseuses disponibles;

1.2.2.    Critères de non-inclusion

–        Les danseuses diagnostiquées d’état dépressif;

–        Les danseuses suivant un traitement de type anti-dépresseur et/ou somnifères;

–        Les danseuses non volontaires

1.2.3.    Critères d’exclusion

–        Les hommes

–        Les danseuses ayant reçu tout traitement ostéopathique autre pendant la durée de l’expérimentation ;

–        Les danseuses ayant reçu tout coaching mental autre pendant la durée de l’expérimentation

–        Les danseuses ne s’étant pas présentées à la séance de préparation mentale dans les temps nécessaires à l’expérimentation ;

–        Les danseuses ne s’étant pas présentées à la séance d’ostéopathie dans les temps nécessaires à l’expérimentation.

1.3.              Critères d’objectivation

1.3.1.    Questionnaire Rosenberg : échelle d’estime de soi

Nous avons utilisé comme outil d’objectivation l’échelle d’Estime de Soi de Rosenberg, que chaque danseuse a rempli au début de l’expérimentation (T0). Le groupe témoin a répondu au questionnaire une nouvelle fois à la fin de l’étude (T2). Le groupe traité a rempli une seconde fois le questionnaire après la séance de Préparation Mentale (T1) puis une dernière fois après la séance d’Ostéopathie (T2).

Chaque danseuse a répondu à une série de 10 questions permettant d’évaluer l’estime de soi en obtenant un score allant jusque 40. Sachant qu’un score de 40 représente l’estime de soi la plus haute. Nous avons choisi ce critère car il est adapté pour complémenter l’évaluation de l’état d’anxiété de la danseuse souvent lié à une remise en question personnelle.

1.3.2.    Questionnaire Spielberger : inventaire d’anxiété

Nous avons également utilisé comme outil d’objectivation l’Inventaire de l’Etat d’Anxiété de Spielberger, que chaque danseuse a rempli au début de l’expérimentation (T0). Le groupe témoin a répondu au questionnaire une nouvelle fois à la fin de l’étude (T2). Le groupe traité a rempli une seconde fois le questionnaire après la séance de Préparation Mentale (T1) puis une dernière fois après la séance d’Ostéopathie (T2).

Chaque danseuse a répondu à deux séries de 20 questions chacune (Ya et Yb) permettant d’évaluer l’état d’anxiété en obtenant un score allant jusque 80. Sachant qu’un score de 80 représente l’état d’anxiété le plus élevé. Nous avons choisi ce dernier qui répond précisément à la question d’anxiété.

1.3.3.    Echelle visuelle analogique: EVA

Enfin, nous avons eu recours à l ‘échelle visuelle analogique afin d’estimer en complément l’état général de la danseuse avant et après la séance d’ostéopathie (T2.0 vs T2.1). Chaque danseuse a évalué son état douloureux et donc de bien être en allant de 0 à 100. 100 représentant la douleur maximum et 0 l’état de bien – être le plus complet avec une absence de symptômes douloureux.

Une fois les tests réalisés, nous avons procédé aux séances de coaching-danse corrélées aux séances ostéopathies.

1.3.4.    Séance de préparation mentale (T1)

Les questionnaires R et S ont été remplis au préalable à T0. La séance de préparation mentale avec Murielle COLRAT a duré 3 heures. Murielle a fait une séance de groupe en essayant de répartir un temps de parole individuel. Elle a évalué l’anxiété et l’estime de soi avec ses propres outils. Il a été demandé aux danseuses de transcrire leurs émotions sur papier. S’en sont suivi des exercices d’étirement et de relaxation sur fond de musique cubaine. Après avoir mis a nu les problématiques de chacune, Murielle a proposé des exercices propres à chacune permettant de résoudre ces manquements.

Les questionnaires R et S ont été remplis une seconde fois.

Les douzes participantes à l’expérimentation ont été réparties, selon leur pratique ou non de la Dancehall et leur disponibilité ; en deux groupes de six en fonction de leur appartenance au groupe contrôle (témoin) (groupe C) ou groupe traité (groupe T). Il n’a pas été pris en compte lors de la formation des groupes le niveau de danse (amateur ou professionnel), ni les résultats aux questionnaires R et S.

Un remerciement à Murielle pour son intervention à titre gracieux.

1.3.5.    Séance d’ostéopathie (T2)

Lors du deuxième rendez-vous d’une heure, la danseuse a transmis son EVA et a bénéficié d’un traitement ostéopathique adapté à ses antécédents, à la pré-existence de douleur ou non, et à son diagnostic ostéopathique. A la fin de la séance, elle a retransmis son EVA et répondu une troisième fois aux questionnaires R et S.

Ces soins ont été procurés à titre gracieux.

A la fin de l’expérimentation, il a été proposé aux danseuses du groupe C, n’ayant reçu aucun traitement, une initiation au coaching mental avec Murielle Colrat et une séance d’ostéopathie gratuite avec moi-même.

Résultats :

Effectivement à quelques jours de la scène les danseuses ayant reçu une PM et un TO auront tendance à être moins anxieuses (significativité du Spielberger Ya) que les danseuses du Groupe Témoin n’ayant reçu aucune forme de thérapie.

Cette différence significative (p < 0,04) peut s’expliquer par le fait que les danseuses du Groupe Témoin sont soumises à l’anxiété que l’on connaît à l’approche d’un événement compétitif; mais ces dernières n’ont bénéficié d’aucune aide afin de contrer les effets négatifs de ce stress pré-compétitif.

Nous avons également démontrer une diminution des douleurs et donc une augmentation de l’état de bien-être de la danseuse ayant reçu un TO couplé à une séance de PM au préalable.

Une étude effectuée en 2011 s’est penchée sur l’effet du soin ostéopathique sur la posture du danseur contemporain. Ceci porte à croire que les soins ostéopathiques ont stabilisé la posture et/ou freiné la détérioration de celle-ci. Par son effet sur la posture, l’ostéopathe peut contribuer à la prévention des blessures du danseur ainsi qu’à son équilibre général (40)

L’ostéopathie et la préparation mentale seraient des méthodes préventives à l’état de stress pré-compétitif mais permettrait également d’éviter les blessures pouvant être liées à un sur entraînement par exemple.

La préparation mentale commence à faire ses preuves sur la diminution de l’anxiété et l’augmentation des performances du sportif. Nous pouvons humblement affirmer que lors de notre étude l’ostéopathie tendrait à augmenter ces effets bénéfiques et les études en ce sens devraient proliférer.*Source : Mémoire pour l’obtention du Diplôme Universitaire en Préparation Physique et Réathlétisation (DU PPREA) -FOUFA Bayène Juin 2018 Université d’Evry Val d’Essonne